La Bouffonnerie

Ils se sont aimés ... à crever

Pierre Palmade et Muriel Robin, adaptation de Didier Boclinville et Benoit Fontaine

Jamais deux sans trois ? Peut-être… Mais restons modestes : jamais un sans deux ! Après le succès rencontré il y a deux saisons (et repris pour 8 dates seulement lors de cette saison) avec « Ils s’aiment… à crever ! », Sophie Schneider et Benoit Fontaine prolongent l’aventure avec « Ils se sont aimés …à crever ! »

Après les histoires d’un couple qui s ‘aime, suivez les pérégrinations d’un couple qui se sépare ! Et même si le sujet est grave, la manière de l’aborder est terriblement comique !

Au-delà du texte de départ qui reste un classique indétrônable du répertoire du café-théatre (au même titre que « Le diner de cons » ou « Le père Noel est une ordure »), l’atout de ce spectacle réside également dans l’adaptation  réalisée par Didier Boclinville et Benoit Fontaine : on retrouve dans ce texte tant d’expressions de chez nous qui prouvent que le Liégeois, plus que quiconque, utilise de beaux mots pour dire « je l’aime » (je m’applaquerais bien avec) , « je ne t’aime plus » (tu m’emmertt),  « tu m’énerves » (tu me fais potchi fou de mes clicottes) ou « arrête de pleurer » (ne rattaque nin à tchouler)…

Quant au duo Sophie Schneider et Benoit Fontaine, il semble plus vrai que nature, et on ne sait pas si on est avec lui, en craignant une torgnole de sa part à elle, ou si on est avec elle, redoutant un chapelet d’insultes de sa part à lui !

J Tu te souviens pas qu’au début, t’ étais tout sot après moi ?

M Peut-être…

J Que tu gueulais partout que j’étais plus belle que la tour de finances !

M Pas au début !

J Bien sûr que si !

M Bien sûr que non : elle n’existait pas à l’époque !

J Oui, enfin, tu disais que j’étais aussi belle que la cité administrative.

M Non, ça c’est quand on s’engueulait ! Elle est moche, la cité administrative !

   du 12 au 27 novembre les vendredis et samedis

et du 11 mai au 9 juin les mercredis et jeudis

image